Un défi aux saveurs locales

Crédit : Simon Beaubien

Crédit : Simon Beaubien

Il y a quelque temps, je vous ai partagé un texte sur la richesse des produits madelinots; sur la chance que nous avions de pouvoir compter sur une offre aussi abondante dans notre petit coin de pays. Je réitère dans la même thématique cette semaine, car j’ai eu envie de pousser la note un peu plus loin.

Aujourd’hui, ça va faire maintenant 10 jours que j’ai commencé mon Défi 100 % local, une démarche que j’ai débutée le 6 septembre dernier. Les règles du défi: ne manger que des aliments produits ou transformés aux Îles de la Madeleine pendant un mois, jusqu’au 6 octobre. C’est dans le cadre de la 25e édition de la Fête Champêtre, organisée par Le Bon Goût Frais des Îles, que j’ai débuté le tout.

Et le résultat pour l’instant? C’est fantastique!

Je croyais vraiment devoir faire un bon nombre de sacrifices pour arriver à mes fins, mais il se trouve que les Îles de la Madeleine, au mois de septembre, possèdent un garde-manger des plus abondants et des plus diversifiés!

Si le défi est présent, c’est simplement d’un point de vue logistique, dans une constante recherche d’alternatives aux ingrédients traditionnels (ex. : remplacer le sucre par du miel, opter pour des fines herbes plutôt que des épices exotiques).

Ce que je trouve le plus merveilleux pour l’instant, c’est cette abondance qu’on retrouve dans les sous-bois, dans les champs, dans les dunes, sur les sentiers… Des bleuets, des framboises, des fraises, des champignons, du carvi sauvage, de la sabline, du persil de mer, etc. Une FOULE d’aliments exceptionnels, frais et… totalement gratuits! (Petite note : Il n’est pas nécessaire de se mettre des contraintes 100 % local pour apprécier quelques petits fruits et quelques épices qui poussent dans votre environnement… regardez un peu alentour de vous.)

Et laissez-moi vous dire, il n’y a pas grand-chose de plus satisfaisant que de présenter à ses convives un repas dont vous connaissez tous les ingrédients, leur provenance et leur caractéristique! De plus, les rencontres avec les artisans qui fabriquent ses aliments seront assurément des plus enrichissantes.

Sur le plan économique, le tout est beaucoup moins dispendieux que vous pouvez l’imaginer. À titre d’exemple, nous nous sommes cuisinés hier soir des pâtes fraîches farcies à l’agneau des Îles et au fromage de chèvre (M-I-A-M-!). Servis avec des légumes de saison, c’était un régal. Après un calcul rapide, nous avons déterminé que cette recette revenait à environ 3,50 $ par portion adulte. Ce que l’action de cuisiner vous coûtera en temps et en volonté, vous le regagnerez amplement en économie d’argent et en qualité de repas.

Bref, voici un aperçu du premier chapitre de mon défi. Je vous invite à suivre le tout sur Facebook pour avoir tous les détails (Défi 100 % local). D’ici là, mangez bien et bonne lecture de votre blogue insulaire!

La trame :

Publicités