Saison morte

Quand je suis revenu m’établir aux Îles en 2015, j’avais peur de m’ennuyer durant la saison hivernale. Dans ma tête, j’avais le préjugé que l’automne et l’hiver, c’est la saison morte. Et pourtant, cette saison n’a vraiment rien de morte. Elle est moins effrénée que la saison estivale, mais un peu lenteur, ça fait du bien après avoir couru comme des fous pendant deux ou trois mois. Ce changement de rythme entre la saison estivale et la saison hivernale, non seulement je le trouve en fin de compte agréable, mais je crois aussi qu’il est salutaire. Nous serions incapables de … Continuer de lire Saison morte

Article mis en avant

De l’imprévisibilité de la vie… comme de la mer

La vie, ça ne se passe pas toujours comme on l’avait prévu. Loin d’une trajectoire linéaire ou d’un long fleuve tranquille, elle nous surprend la plupart du temps. Tout est en mouvement, l’environnement dans lequel nous évoluons, les rapports sociaux … Continuer de lire De l’imprévisibilité de la vie… comme de la mer

Année

Un an déjà que j’habite sur un archipel.

Un an à voir la mer tous les jours; un an à sentir l’air salin et à me faire ébouriffer par un vent qui souffle sans s’essouffler; un an à réapprendre à vivre au contact de nouvelles expériences, de nouvelles personnes et de nouvelles idées.

Un an, c’est si peu, pourtant, et me voici ancré ici pour ce qui s’annonce être une vie. Continuer de lire Année

Point de bascule

  Au P’tit Bois Le ruisseau chante à nouveau Libéré de sa prison hivernale Il fait des vocalises Entre les grands sapins Ravivant mes souvenirs Un pont de fer Une cabane dans les bois Et des jeux d’enfant   Des filets d’eau Courent sur le chemin de terre mouillée Ici et là Des flaques couvertes D’une mince couche de glace Que je m’amuse à casser du bout de mes bottes Réprimant l’envie D’y sauter à pieds joints Tous les matins   Je me remets à gravir La butte derrière chez moi Havre-Aubert Toute nue devant mon regard Beauté enivrante Que … Continuer de lire Point de bascule