Saison morte

Quand je suis revenu m’établir aux Îles en 2015, j’avais peur de m’ennuyer durant la saison hivernale. Dans ma tête, j’avais le préjugé que l’automne et l’hiver, c’est la saison morte. Et pourtant, cette saison n’a vraiment rien de morte. Elle est moins effrénée que la saison estivale, mais un peu lenteur, ça fait du bien après avoir couru comme des fous pendant deux ou trois mois. Ce changement de rythme entre la saison estivale et la saison hivernale, non seulement je le trouve en fin de compte agréable, mais je crois aussi qu’il est salutaire. Nous serions incapables de … Continuer de lire Saison morte

Repenser le sens de l’implication citoyenne et les liens avec la communauté

Il y a plus d’une dizaine d’années lorsque je suis débarquée aux Îles pour la première fois, une des choses qui m’a interpellée c’est la solidarité et l’esprit de communauté qu’on retrouvait sur ce petit territoire insulaire ancré au cœur du golfe du Saint-Laurent. La solidarité de ces gens de mer et cet esprit de communauté ancré dans le quotidien et la culture des insulaires. Forgés en partie dans l’adversité et par la nécessité de se serrer les coudes dans des conditions qui n’ont pas toujours été faciles, parfois laissés à eux-mêmes et oubliés par les gens du continent, les … Continuer de lire Repenser le sens de l’implication citoyenne et les liens avec la communauté

Travaux forcés

J’ai quelque chose de très important à partager et qui nous concerne tous. Au moment où j’écris ces lignes (mardi le 26 février 2019), cela fait une semaine jour pour jour que la grève étudiante a été votée dans ma faculté (celle des arts, à l’UQAM). Il est possible que certains d’entre vous se demandent quel est le rapport avec les Îles, ou même l’insularité (parce que Montréal a beau être une île, elle est tout sauf isolée). En fait, ceux qui me connaissent un peu savent que je suis convaincue que le changement d’une société s’opère une communauté à … Continuer de lire Travaux forcés

Chicanez-vous

Noël est enfin derrière nous. Le temps des fêtes est probablement la période de l’année la plus stressante : beaucoup de route dans des conditions pas toujours évidentes, des soupers interminables, copieux et riches en alcool, l’achat des cadeaux et le manque de sommeil ne sont pas toujours faciles à gérer. Mais le plus stressant est sans doute revoir la famille et les proches pas si proches, avec leurs idées bien arrêtées. Nécessairement, un mononcle un peu saoul va tenter de te convaincre que, si on ne fait rien, le Cap-aux-Meules va être envahi par les islamistes radicaux. Ta grand-mère va … Continuer de lire Chicanez-vous

Les trolls, c’est pas toujours cute

  Avertissement : Ce ne sera pas une chronique sur ces adorables créatures aux cheveux farfelus, mais bien sur ces personnes qui sévissent sur Internet à coup d’injures et d’attaques personnelles, sexistes et xénophobes.   Derrière un écran, dans l’anonymat de leur salon, les trolls insultent les gens s’exprimant sur les réseaux sociaux. Leur venin est assez puissant pour détruire une personne, la forcer à tout abandonner. C’est ce qui est arrivé à Judith Lussier il y a environ deux semaines. Elle n’est que la dernière d’une longue série. Les trolls sont une plaie sur Internet, personne n’apprend ça en lisant … Continuer de lire Les trolls, c’est pas toujours cute

Le Trésor de Brion

Je crois qu’il est important de préserver l’Île Brion. C’est la seule île de l’archipel qui réunit tous les écosystèmes, sauf celui des lagunes. Elle abrite aussi une faune aviaire riche et diversifiée, certaines espèces ne nichant qu’à Brion. Cependant, je comprends ceux et celles qui, dans les années 1980, bien que favorables à la création d’une aire protégée, ressentirent une certaine dépossession lorsque le gouvernement décréta l’expropriation de l’île. Continuer de lire Le Trésor de Brion

Grisoune ou jamais sans mon char

J’étais à l’extérieur des Îles quand j’ai appris la nouvelle. Ce matin-là, Saint-Hyacinthe avait troqué sa délicieuse odeur de chocolat pour celle pas mal moins plaisante de fumier. On m’a appelé tôt pour m’annoncer le diagnostic : Grisoune ne s’en sortirait pas. Ça nous prend toujours par surprise, même si, avec le moindrement de recul, la mort avait déjà commencé à pointer son nez. J’ai demandé à ce qu’elle soit maintenue en vie artificiellement pour régler les derniers détails. Mais je savais qu’elle ne pourrait pas rentrer aux Îles. Grisoune allait entamer son dernier voyage sur le continent. Il peut sembler … Continuer de lire Grisoune ou jamais sans mon char

La haine n’a pas gagné

Depuis l’élection de Donald Trump aux États-Unis, je reçois une escalade de nouvelles d’agressions homophobes, transphobes, xénophobes ou, plus simplement, humanophobes. Je ne conteste pas le fait que la montée de Trump ait pu provoquer ce genre de réaction. Par contre, j’ai beaucoup de mal avec l’idée qu’on se fait, particulièrement dans les médias, comme quoi l’élection de Donald Trump a suffi à causer autant de violence. Considérer Trump responsable de ces actes, c’est ne pas considérer franchement et directement les individus qui les posent. C’est refuser d’admettre la liberté de l’agresseur, son choix, son intelligence. Les États-Unis ne sont … Continuer de lire La haine n’a pas gagné

La philosophie sauve des vies

J’enseigne la philosophie et je considère que c’est la matière la plus importante (évidemment). Pourquoi? Parce que la philosophie sauve des vies, rien de moins. Ça peut te sembler un peu lourd aujourd’hui comme sujet, Madeleine, mais je te demande de me suivre jusqu’au bout. Ça va se passer sans douleur. Tu pourrais même apprendre quelque chose. Comment une matière de fumeurs de pot où de vieux Grecs discutent de la vie peut-elle jouer ce rôle? Eh bien, la philosophie y parvient en déstabilisant celui qui entre en contact avec elle. La principale tâche de la philosophie – ce qui … Continuer de lire La philosophie sauve des vies

Si tu veux construire un bateau

Je suis fier d’être Madelinot. C’est l’endroit où je suis né et où j’ai grandi et je l’aime profondément, tout comme la communauté qui l’habite. J’aime ses plages de sable blond, ses caps de grès rouge, ses lagunes fragiles, ses buttes verdoyantes, ses boisés modestes et le sentiment d’immensité qui m’étreint lorsque mon regard scrute l’horizon et se perd là où la mer et le ciel se confondent. J’aime son peuple tricoté serré, un peuple têtu, fier, courageux, généreux, bon vivant et solidaire. Ah ! Il a des défauts, comme tous les peuples du monde, mais pas suffisamment pour altérer … Continuer de lire Si tu veux construire un bateau

Enlève ton burkini et montre-nous ton nombril!

Commençons par une expérience de pensée. Par une belle journée d’été, vous vous promenez sur la plage de la Dune du Sud. Vous y croisez quelqu’un se baignant complètement habillé. Vous vous dites : « Pas de stress. Il veut se protéger du soleil. Il est gêné. De toute manière, qu’est-ce que ça me change ce qu’il porte à la plage? C’est peut-être mieux que de voir son gros ventre qui ne pourrait jamais faire la couverture d’un magazine. » Pour l’instant, l’histoire est banale. Changeons un peu les paramètres. Par la même et belle journée d’été, vous croisez à la Dune du Sud … Continuer de lire Enlève ton burkini et montre-nous ton nombril!

Le scepticisme d’une citoyenneté superficielle

Tout le monde a eu l’occasion de lire une bonne quantité d’articles, de blogues, d’éditoriaux et de réflexions sur les récentes élections canadiennes et… désolé pour ceux qui sont déjà un peu blasés de ce sujet, mais c’est un peu de cela dont je vais vous entretenir. Cependant, je n’ai pas envie de participer à la Trudeaumania ici*, ni même de faire la critique du gouvernement conservateur ou de commenter la débâcle de la formation bloquiste. Il est triste, je trouve, de voir à quel point LE** politique est relégué au second plan dès la date critique des élections passée; … Continuer de lire Le scepticisme d’une citoyenneté superficielle

Cette journée-là

  Il y a longtemps que je mijote ce texte dans ma tête; j’avais beaucoup à dire. Je ne trouvais ni les mots, ni la trame pour bien exprimer ce qui me restait encore au fond du cœur. Puis, ce matin-là, les mots se sont placés et j’ai pensé offrir une trame spéciale. J’ai partagé mon texte à Dominique Gagnon, De la laine pis d’la barbe, et l’ai invitée à se laisser inspirer. Merci Do, pour ta mélodie, ta voix, ton écoute et ta compréhension; je n’aurais pas pu trouver meilleure trame.      10 juillet 2015. C’était ce matin, il y a 6 ans. Comme … Continuer de lire Cette journée-là

Tout ça va trop loin

  Je ne peux pas être le seul à le ressentir, l’air à un drôle de goût ces derniers jours, ces dernières semaines, ces derniers mois… L’atmosphère des décisions gouvernementales semble nous peser comme une mauvaise journée de pluie : sombre, lourd, triste et intarissable. Je sais que la plupart d’entre vous en ont assez de se faire dire que ça va mal, que les coupures sont ci, que les réformes sont ça. Cependant, je ne peux pas me résoudre à parler de quelque chose d’autre. C’est beaucoup trop important pour qu’on ne mette pas l’emphase, une fois de plus, sur … Continuer de lire Tout ça va trop loin

Bande de caves. 18 « J’aime ». 2 commentaires

Il n’y a pas plus de gens idiots aujourd’hui; il n’y a que plus de gens qui se permettent d’insulter, le plus souvent derrière un surnom. Mépriser n’est qu’une autre stratégie pour attirer l’attention sur internet. Comme quoi un vidéo de chat n’est pas toujours aussi innocent qu’il en a l’air. Continuer de lire Bande de caves. 18 « J’aime ». 2 commentaires