Bas de laine et feu de bois

Crédit : Jean-Étienne
Étang à Ben, Étang-du-Nord

Quelques phrases retrouvées cette semaine sur un bout de papier. Elles racontaient un peu le moment où j’ai décidé de m’établir aux Îles-de-la-Madeleine…

Octobre, en chaude robe. Sur un archipel généreux et tranquille.

S’écoulent les jours. J’ai senti que les saisons étaient vraies.

Un chez soi qui nous ressemble. Une nature complice.

Un feu de bois. La braise attire le regard.

Une paire de bas. La laine adoucit les écarts.

J’aimerais rencontrer l’horizon. Lui adresser la parole, le frôler.

Surtout le remercier.

Du calme qu’il évoque. De l’infini qu’il dessine.

Des lumières qu’il éveille. Des repères qu’il aligne.

J’ai envie de revenir aux Îles. De reprendre la maison familiale.

De me rapprocher de ce qui grandit. De mes parents, de moi et de mes amis…

 

Écoute la trame, parce que : L’histoire de la chanson raconte un peu le contraire de ce texte. Et elle a été chantée par une sublime amie, avec sa voix teintée d’ici. Bon succès à toi, Marie-Ève!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s